Oeuvres - Zoé-B

Lorsque je prends les pinceaux, c’est d’abord par envie.  Je me sens tout simplement inspirée par la posture d’un visage ou d’un corps.  Sans jamais prévoir à l’avance le résultat final de l’oeuvre, je commence toujours par le figuratif avec le dessin. Minutieusement, je travaille les ombres et la rigueur dans le détail. En 2005 j’ai découvert la calligraphie avec l’artiste de renom Frank Lalou. Cette technique, exercée pendant plus de 10 ans m’a enseigné la concentration dans le geste et l’intensité du trait, que j’applique aujourd’hui dans ma peinture.

A travers ce travail de longue haleine, j’entre petit à petit en communion avec mon personnage.  Un dialogue se crée. C’est un moment précieux pendant lequel je sais qu’il me faut attendre, patiemment, que quelque chose de fort advienne. C’est un élan, une sensation physique indéfinissable qui me pousse alors à laisser libre cours aux mouvements et aux sensations qui me traversent.

L’abstrait arrive dans ce second temps. A ce moment-là, ma peinture n’est que lâcher prise et spontanéité. Je ressens comme une urgence à coucher sur la toile les formes, les couleurs et les émotions qui jaillissent spontanément.  J’utilise pour cela la méthode du Dripping, qui consiste à projeter la peinture sur la toile pour obtenir des superpositions de matière.

Dans ma quête perpétuelle d’harmonie, je cherche inlassablement l’accord parfait entre le figuratif, avec sa rigueur et son exigence technique, et l’abstrait qui laisse place à l’intuitif et au geste spontané.

C’est cet équilibre fragile que je tente d’approcher dans mes deux séries « mouvements de vie » et « Infinitif ». La première se réfère aux mouvements du corps pour faire échos à ceux de la psyché. J’exprime ici le fait que tout bouge constamment, qu’on le veuille ou non. La vie n’est que mouvement : à nous de décider si nous faisons le choix d’y adhérer avec confiance ou d’y résister dans la lutte. . Quant à la seconde série, elle symbolise l’acte pur. Un verbe à l’infinitif exprime un état ou une action dans son essence. Pas de sujet qui agit, ni de temps qui le défini. Je cherche ici à exprimer l’humain dans son essentiel. Un « moi » brut, authentique et sauvage.

La dualité/complémentarité permanente entre le lâcher prise et le contrôle est précisément ce que je cherche à expérimenter dans mon art. Chacune de mes peintures est l’expression de cette introspection. Mais par-dessus tout, c’est l’acte de peindre qui me bouleverse. Je cherche à comprendre ce qui se passe lorsque je me trouve dans cet état de création. Qu’est ce qui se joue réellement ? Qu’est-ce que cela dit de moi, de nous, artistes ? En quoi cet acte est-il fondamentalement essentiel, et que révèle-t-il de l’humain en général ?

Mon univers artistique reflète l’intimité d’un monde intérieur toujours mystérieux, à mi-chemin entre la conscience de Soi et l’inconscience du monde. Je plonge avec curiosité de l’autre côté du miroir, là où tout n’est que mouvements, impermanence et sensibilité pure.